menu-responsive
Accueil - ISO 50001:2018 – une nouvelle opportunité d’économies

ISO 50001:2018 – une nouvelle opportunité d’économies

L’un des systèmes de management les plus rentables est sans doute celui visant à améliorer l’efficacité énergétique de ses activités. L’ISO 50001 propose un cadre pour aider les organisations à établir les systèmes et processus permettant d’y parvenir.

 

Cette seconde version très attendue de la norme de management de l’énergie ISO 50001 permet aujourd’hui d’intégrer facilement cette dimension énergétique à celles développées dans les autres systèmes de management (ISO 9001, 14001…) et ce, via une structure commune de type HLS (High Level Structure).

 

Que l’on soit PME, certifié ou non ISO 9001, 14001…, en Accords de Branche ou soumis à l’obligation d’audit énergétique pour les grandes entreprises…les raisons de s’intéresser à cette norme sont multiples.

 

 

Les bénéfices d’un management de l’énergie de type ISO 50001

 

La consommation énergétique peut représenter une part importante des coûts d’une entreprise. Or, de nombreuses actions concrètes, potentiellement extrêmement rentables, parfois très simples à mettre en œuvre ou nettement plus complexes, peuvent réduire considérablement ces dépenses pour une part évitables. Régulation, comportement du personnel, isolation de conduites, détection de fuites, redimensionnement d’installations… ne sont que quelques exemples des nombreuses actions possibles. Mais comment les identifier et par quelles actions commencer ?

 

Un système de management de l’énergie (SMÉ) permet, sur base d’un état des lieux initial, d’identifier et de prioriser ces actions mais également de les planifier, les réaliser, les évaluer et d’y apporter des mesures correctives.

 

Grâce à des contrôles réguliers, une communication efficace, des indicateurs de suivis pertinents et des objectifs clairs et précis, le SMÉ permet d’améliorer en continu l’efficacité énergétique de ses installations et dès lors, de diminuer ses pertes énergétiques et financières.

 

 

Intégration ISO 50001–14001–9001…

 

Par rapport à l’édition précédente, cette nouvelle version de l’ISO 50001 se caractérise par une « structure-cadre », un texte de base identique et des termes et définitions communs permettant de garantir un haut niveau de compatibilité avec d’autres normes de système de management telles que l’ISO 14001 (management de l’environnement), l’ISO 9001 (management de la qualité), etc.

 

Cette concordance inter-systèmes permet dès lors aujourd’hui d’intégrer très facilement un SMÉ de type ISO 50001 à un ISO 9001 ou 14001 par exemple.

 

 

ISO 50001 et Accords de Branche

 

Il existe une complémentarité évidente entre le système de management de l’énergie et les outils utilisés en Accords de Branche. Alors que l’audit énergétique de type EPS (Energy Potential Scan) par exemple est utilisé par les entreprises en Accords de Branche comme outil de diagnostic énergétique, mais aussi pour fixer les cibles, les objectifs énergétiques et les indicateurs de performance, l’ISO 50001 propose quant à lui une méthode de gestion dans laquelle l’EPS vient parfaitement s’intégrer.

 

Comme les exigences de l’ISO 50001 en matière de diagnostic énergétique, d’indicateurs de performance énergétique ou encore de plan d’action se retrouvent totalement dans les dispositions prévues dans le cadre des Accords de Branche (tableau de consommation d’énergie ECA, indices d’efficience énergétique et d’émission en gaz à effet de serre…), il semble donc évident que les industries wallonnes impliquées en Accords de Branche peuvent facilement tirer parti de leur audit énergétique EPS pour obtenir une certification ISO 50001, surtout si l’entreprise est déjà certifiée ISO 9001 ou 14001.

 

 

ISO 50001 et obligation d’audit énergétique

 

L’AGW du 8 septembre 2016 a rendu obligatoire la réalisation d’un audit énergétique pour les grandes entreprises wallonnes. Cet audit, à réitérer tous les 4 ans, doit être effectué par un auditeur agréé AMURE ou UREBA.

 

Notons cependant que, sous certaines conditions, une dispense d’audit peut être octroyée pour les entreprises qui ont mis en œuvre un système de management de l’énergie (ISO 50001) … Une raison supplémentaire pour les entreprises concernées de se pencher sérieusement sur la question d’une implémentation d’un SMÉ de type ISO 50001.

 

 

Nouveautés

 

Que peut-on dire de cette nouvelle version de la norme ? En dehors de la restructuration permettant une bonne intégration des différentes normes se partageant une même structure HLS, cette nouvelle édition se caractérise notamment par :

 

.    Une série de clarifications en ce qui concerne : l’exclusion de certains types d’énergie, la « revue énergétique, les indicateurs de performance énergétique (IPÉ) et les situations énergétiques de référence (SER) afin de permettre une meilleure compréhension de ces concepts ;

 

.    Une meilleure intégration avec les processus de management stratégiques ;

 

.    Une mise en avant plus forte du rôle de la direction ;

 

.    L’introduction du concept d’ajustement des indicateurs de performance énergétique (IPÉ) et des situations énergétiques de référence (SER) associées ;

 

.    L’ajout de détails sur le plan de collecte de données énergétiques et les exigences associées (précédemment plan de mesure d’énergie) ;

 

.    …

 

 

Conclusions

 

Avec une clarification de divers concepts, l’adoption d’une structure de type HLS ou encore la mise en avant du rôle de la direction pour ne citer que ces quelques évolutions, cette seconde édition donne de nouvelles raisons de s’intéresser à cette norme de management de l’énergie, d’autant plus si l’on est déjà certifié ISO 9001, 14001 ou impliqué dans les Accords de Branche, voire concerné par l’obligation de réalisation d’un audit énergétique grande entreprise. Une nouvelle occasion de révéler son excellence.

 

Fabian Plumier

Responsable Départ. QSEÉ & Consultant Senior

 

Intraco Consulting